Voyage en train Varanasi -Delhi

Publié le par Isabelle.V

Dernier voyage en train : attente interminable sur un quai complètement glauque : des mendiants, des petits gamins sales, des infirmes, et pourtant on a la chance d'assister à la toilette sommaire des femmes et enfants aux robinets placés près de nous.

On se serre toutes les trois sur notre banc, on essaye de tromper l'angoisse en dessinant, en lisant, faisant des mots croisés.  Trois heures à attendre ici. Devant nous ne s'arrête que des trains de marchandises.Prise par le doute, nous allons plusieurs fois à tour de rôle nous faire confirmer le quai. C'est bien ce quai maudit. Le plus angoissant, ce sont ces bandes de jeunes garçons des rues qui nous fixent.

Finalement à l'heure prévue, pas de train mais de vrai voyageurs commencent à arriver. Ouf, retour à la normal ! Nous nous rapprochons d'un couple sympathique qui est justement dans le même wagon, car l'autre problème est qu'aucune indication sur l'ordre des wagons ne nous ai donnée. On le découvere à l'arrivée du train, et comme chaque fois il faut courir comme des dingues avec nos valises pour monter dans le bon wagon.

Ouf, on est dans le train mais l'aventure continue : nos places sont prises (sauf la mienne, c'est Sybille qui raconte), on réveille tout le wagon pour avoir nos places, des draps et des coussins neufs. J'essaye de me faire un ptit nid sur ma couchette de 50 cm de large avec ma vaise, mon sac à dos et mes chaussures, mais finalement ça y est il est 2 heures, on va enfin dormir....

7h30, le wagon est réveillé, ça discute, ils écoutent leurs téléphone, il semblerait qu'il ne connaissent pas les écouteurs. Isabelle et Chantal sont réveillées, elles grignotent, on achète deux chï tea au vendeur aimable comme un agent de la SNCF qu'il est. Une femme se pose du henné sur la main. Il reste encore 3 heures à attendre. Arrivée avec 2h30 de retard - On a fait 758 km ! Et le train en Inde, terminé pour moi !

 

Publié dans Voyage, INDE DU NORD

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article